Rechercher
  • Margaux Marbaise

Pour Noël, apprenez à maitriser votre éjaculation!



Titre accrocheur, certes, mais incohérent et totalement faux. Cela reviendrait à dire qu’un tireur expérimenté pourrait empêcher la balle de sortir de son revolver une fois le mécanisme enclenché ! Même le meilleur des cowboys du Far-West n’y peut rien : une fois que le coup est parti, c’est trop tard. L’éjaculation est en réalité un phénomène réflexe qui, une fois qu’il est en route, ne peut être arrêté. Donc Messieurs, cela ne sert strictement à rien de vous crisper, de tenter de faire un nœud avec votre pénis ou encore d’implorer le Saint Esprit. Le mieux que vous ayez à faire lors de l’orgasme et l’éjaculation, c’est de vous détendre et d’en PRO-FI-TER. Pourquoi diable faire un article sur le sujet alors, me direz-vous ? Je vous rassure, ce n’est pas la coupette de champagne pré-Noël qui me monte au cerveau. Pour le comprendre, je vous propose de nous attarder quelques instants sur les mécanismes de l’excitation sexuelle masculine. Le désir sexuel et la phase d’excitation :  Lorsque vous regardez le corps nu de votre compagne, que vous profitez d’un long baiser ou encore que vous sentez son parfum envoûtant tout contre vous, un désir peut naitre et vous donnez envie d’aller plus loin. Le désir se nourrit de nos 5 sens mais aussi de tout ce que nous pouvons imaginer à caractère érotique ou sexuel : il provient de l’intérieur de nous, du partenaire mais aussi du contexte dans lequel nous nous trouvons et est nécessaire à toute excitation. Si la stimulation se poursuit, la taille de votre pénis augmente, vos testicules s’élèvent, votre fréquence cardiaque s’accélère ainsi que votre tension artérielle et votre respiration. La phase du plateau Cela fait maintenant un certain temps que votre excitation est bien présente. Votre pénis est rigide, vos muscles bandés, votre respiration est courte et vous êtes totalement absorbé par la situation très érotique que vous êtes en train de vivre. Vous sentez que si le rapport se poursuit, vous n’allez pas tarder à avoir un orgasme et à éjaculer. Vous allez entrer dans la phase orgasmique et éjaculatoire. La phase orgasmique et éjaculatoire Comme nous l’avons vu, l’éjaculation est involontaire et incontrôlable. Les canaux déférents se contractent, ainsi que les vésicules séminales et la prostate. L’urètre se remplit de liquide spermatique et gonfle. Les sphincters anal et urétral se contractent. Ensuite, le liquide spermatique mélangé au liquide prostatique est propulsé à travers l’urètre vers l’extérieur. Cette phase n’est absolument pas contrôlée par la pensée consciente et vous ne pouvez donc pas agir à ce moment. S’en suivent alors la phase de résolution et de repos. Voilà pour la théorie, passons maintenant à la pratique. Si vous ne pouvez pas avoir une maitrise sur votre éjaculation, que pouvez-vous alors faire pour prolonger vos rapports sexuels et offrir le plus torrides des cadeaux de Noël à votre compagne ? Premièrement, entre la phase plateau et la phase orgasmique se cache un élément intéressant qui s’appelle le point de non-retour. C’est au-delà de ce point que le processus d’éjaculation intervient. Vous sentez que « vous y êtes presque », que « ça va exploser ». Certains hommes n’ont pas conscience d’atteindre ce point tant ils sont absorbés par ce qu’ils vivent. Pourtant, prendre le temps d’être dans le moment présent, à l’écoute de son corps et de ses sensations peut être salvateur. En effet, si vous sentez que vous allez atteindre ce point, vous pouvez décider d’agir. Un réflexe assez commun quand on sent l’éjaculation arriver et qu’on a envie de prolonger la pénétration est de se crisper, de contracter les muscles fessiers notamment mais aussi le périnée qui est un groupe musculaire situé au niveau de l’anus. Ce que vous ignorez peut-être, c’est que ce geste va, au contraire, avoir tendance à précipiter l’éjaculation. Le meilleur réflexe à avoir est de ralentir le mouvement mais aussi d’essayer de vous décontracter au maximum en travaillant dans un premier temps sur votre respiration. Vous pouvez par exemple prendre une grande inspiration et vous atteler à ralentir le rythme. Les exercices de respiration ventrale peuvent vous aider. Ensuite, certains hommes ont tendance lorsqu’ils font l’amour à y mettre beaucoup de puissance en bougeant l’entièreté de leur corps d’un bloc. En activant un grand nombre de muscles, en contractant le ventre, les bras, la mâchoire, etc., cette surtension peut elle aussi mener à une éjaculation plus rapide voir précoce. Une bonne méthode est de prendre conscience de cette grande tension qui vous empare lorsque vous faites l’amour et de tenter de relâcher le plus grand nombre de muscles : on décrispe sa mâchoire, on respire plus lentement, on bouge le bassin sans bouger le tronc en un seul bloc. De plus, sachez messieurs que cette manière de faire l’amour, plus sensuelle, plus profonde, est une manière de bouger qui convient mieux à la montée du plaisir féminin. Enfin, vous pouvez apprendre à décontracter volontairement votre périnée qui, lui aussi, aura tendance à précipiter le réflexe éjaculatoire. Ce groupe musculaire est celui qui vous permet de stopper le jet d’urine ou encore de faire des petits mouvements de bas en haut avec votre pénis. Une bonne manière de le repérer est d’apprendre à le contracter volontairement en faisant ce mouvement mais aussi en serrant l’anus. Lorsque vous aurez développé cette habileté, vous pourrez alors apprendre à le décontracter lors des rapports sexuels. Messieurs, je ne le répèterai jamais assez mais développer une sexualité épanouie demande du temps et de l’investissement. Plus vous vous exercerez, plus vous développerez vos capacités alors, prenez le temps ! Vous pouvez apprendre tout ceci lorsque vous vous masturbez également: Pas d’excuse ! Pour plus d'informations, n'hésitez pas à me contacter. Je vous souhaite à tous et à toutes des fêtes de fin d'année torrides !


#éjaculation

2 vues
 

+32498712481

©2020 par Margaux Marbaise - Sexologue et thérapeute de couple.